Le bilan de Laurie

Intro

Seuls ceux qui ont effectué plus d’un programme comprendront réellement mon sentiment par rapport à ma situation. Je pense d’ailleurs à Florence Roy qui a vécu la même chose que moi, approximativement.

Plusieurs s’imagineront qu’effectuer plusieurs étés au ICP/CEP revient à la même expérience d’année en année. Je ne peux en vouloir à ces gens de le penser. J’en conviens, il est un peu vrai que le processus est le même, été après été: les entrevues, les courriels d’acceptation, les formations, Traditions, les housing sessions, les visites dans les parcs, les départs et les « au revoir ». On finit effectivement par s’habituer rapidement, voire même s’en lasser un peu. Toutefois, chaque programme est différent. J’insiste beaucoup sur ce point, car c’est bel et bien le cas. Chaque été que j’ai vécu fut réellement différent, d’où le bilan suivant…

2013

Collocation: J’ai vécu à Chatham dans un appartement de 2 chambres / 4 personnes. Heureusement, les bunk beds n’étaient pas encore instaurés. J’ai pu choisir ma colocataire via un groupe Facebook réservé à cet effet. Résultat: une Anglaise (UK) vivant à Vancouver (BC). Pour être honnête, je me suis vite rendu compte que nous n’avions aucune affinité: elle était très réservée et peu sociable… Ayant été choisie pour la 2e date d’arrivée, soit le 20 mai, j’ai eu la chance de vivre avec deux Mexicaines. Chose à ajouter, je n’avais jamais vécu en appartement jusqu’à ce jour. Outre ce fait, la colocation s’est bien déroulée. Au final, je n’étais pas vraiment amie avec mes colocataires, mais nous avons toutes fait le nécessaire pour passer une journée ensemble. J’ai beaucoup appris sur leur culture, autant sur celle du Mexique que celle du UK, et j’ai adoré la diversité de mon appartement. J’ai d’ailleurs gardé contact avec les Mexicaines. (7.5/10)

Travail: Je vais être brève sur ce point puisque j’en ai déjà parlé dans mon témoignage sur le rôle de Quick Service. De façon peu surprenante, j’ai détesté travailler ce rôle. Le seul avantage était la paie, les collègues et le fait que le restaurant fermait à 21h. Mes collègues étaient aussi mes amis. Je sortais avec eux durant mes temps libres. Les liens se sont vite créés et, peu à peu, une famille est née. Nous étions profondément unis et résilients envers les autres. Cet esprit d’équipe, je ne l’ai jamais retrouvé dans mes programmes suivants… (6/10)

Groupe Québecois: Une petite séparation s’est faite entre les Québécois de la première date d’arrivée (13 mai) et ceux de la deuxième date d’arrivée (20 mai). L’élément rassembleur était Marie-Pier Ouellet, une alumni de 2011. Elle a su nous rassembler et faire en sorte que tout le monde se sente à l’aise au début du programme. Je ne saurai la remercier autant qu’elle le mérite! D’ailleurs, elle a été la seule avec qui j’ai réellement gardé contact depuis. (6/10)

Groupe canadien: Ce que j’ai aimé de l’été 2013 est l’uniformité du groupe canadien. On pouvait écrire en français sur le groupe Facebook sans se faire critiquer. Tout le monde se connaissait et s’entraidait. Il n’y avait pas d’exclusion ou de séparation Alumni vs Nouveaux. Nous étions tous sur un pied d’égalité et nous avions tous cette profonde volonté de nous connaitre et d’en apprendre sur chacun. Cette réalité a disparu l’année suivante et plus jamais je ne l’ai retrouvée. ❤ (10/10)

Social: Ceux avec qui je me suis tenue sont en partis ceux du travail, quelques Québécois et quelques Canadiens. La beauté des choses a fait en sorte que tous ces groupes pouvaient se mélanger sans soucis. Je pouvais à la fois mélanger mes amis du travail à ceux de Québec. C’est comme si tout le monde finissait par devenir amis de toute façon! ❤ (10/10)

Expérience: En général, je dirais que mon premier programme n’a pas vraiment été un succès total, notamment dû à mon rôle. Toutefois, je reste nostalgique de ma naïveté. Je pourrais comparer celui-ci à un cours d’introduction: on nous enseigne la base pour mieux nous préparer au suivant.

2014

Collocation: J’ai obtenu Chatham une seconde fois, cette fois-ci dans un appartement de 2 chambres / 6 personnes. En effet, les bunk beds ont fait leur apparition en plein milieu d’année. Je suis donc tombée dans un appartement à 2 nationalités différentes: 3 américaines et 2 portoricaines. Lorsque je suis arrivée, j’ai compris que mes colocataires étaient installées depuis le mois de janvier, faisant partie d’un programme différent. Pour être honnête, l’arrivée fut difficile, car Kait & moi n’étions pas les bienvenues. En effet, les 4 filles avaient déjà leurs habitudes, leurs règlements et, surtout, leur complicité. L’arrivée des bunk beds a tout chamboulé, et elles ont décidé de mettre le blâme sur nous, les nouvelles colocataires. Après quelques jours, j’ai appris à les connaitre et nous avons fini par nous adorer au point où nous sommes devenues meilleures amies. Je ne saurais comment expliquer ce revirement de situation. Je dirais que le fait d’avoir eu un mauvais accueil au départ a fait en sorte que la situation ne pouvait que s’améliorer. Ce que j’en retiens, c’est que ces filles resteront à jamais des amies à vie. J’ai gardé contact avec elles et j’ai même eu la chance de revoir l’une d’entre elles l’été suivant. Jamais je n’ai revécu cette complicité par le futur. ❤ (10/10)

Travail: Encore une fois, je vais être brève sur ce point puisque j’en ai déjà parlé dans mon témoignage sur le rôle de Custodial. J’ai adoré ce rôle, tout simplement. Je le referais gratuitement si on me le demandait! Oui, à ce point-là! Jamais je ne retrouverai quelque chose de semblable et ça me manque déjà! (9/10)

Groupe Québécois: Encore une fois, une petite séparation s’est faite entre les Québécois de la première date d’arrivée (12 mai) et ceux de la deuxième date d’arrivée (19 mai). On finit par comprendre que c’est ainsi d’année en année. La différence est que Marie-Pier n’était plus là pour rassembler les deux groupes. Anne et moi étions les seules Alumnis du programme. Nous avons créé un groupe Facebook « ICP 2014 – Québec » afin de pouvoir aider les nouveaux participants francophones. Étant peu, les groupes ont fini par se diviser en sous-groupes peu à peu. Ceci dit, cela m’a permis de rencontrer plusieurs personnes qui sont restées chères à mon coeur, dont Anne, Cath, Flo et Marie-Ève. ❤ (7.5/10)

Groupe Canadien: Le groupe canadien en 2014 s’est tout de même bien mélangé au reste des participants. J’en ai conservé de bonnes amitiés. Cependant, un petit groupe de personnes exclusives s’est créé. Cela a fait en sorte qu’une hiérarchie s’est peu à peu intégrée, et ce n’était que le début!  (7/10)

Social: Ceux avec qui je me suis tenue sont en partis les Canadiens, les filles de Québec et quelques collègues du travail. Cette fois, les groupes ne se sont pas mélangés. Cependant, j’ai eu la chance de revoir Matthew, Jessica et Emily de mon premier programme, chose que je n’aurais jamais pu vivre si je n’étais pas revenue. (9/10)

Expérience: En général, je dirais que mon second programme a été un succès. J’ai adoré mon travail, mes amis et mes colocataires. Ce fut réellement une révélation. ❤

2015

Collocation: J’ai obtenu Chatham une troisième fois, encore dans un appartement de 2 chambres / 6 personnes. Cette fois, j’avais choisi ma colocataire, Florence, une Alumni de Québec ayant fait le programme en 2014. Nous nous sommes très bien entendues, malgré le fait que nous dormions dans deux chambres séparées. En effet, nous étions colocataires avec 4 Américaines qui étaient présentes depuis janvier. Nous avons été un peu déçues de nos colocataires: la connexion n’y était pas. Cependant, nous n’avons pas eu de problèmes à ce niveau. (7/10)

Travail: Pour une deuxième année, on m’a offert le rôle de custodial, et ce, dans le même parc (voir mon témoignage sur le rôle de Custodial). Le fait de revenir au même endroit pour un second été a fait en sorte qu’on m’a confié des tâches plus difficiles, ce que j’ai adoré. Néanmoins, la majorité de mes coordinateurs et manageurs m’ont prise pour acquis, c’est-à-dire qu’ils avaient de plus grandes attentes envers mon rendement de travail, ce que j’ai moins apprécié. Si j’avais pu, j’aurais choisi Future World, car la plupart de mes amis y travaillaient. Toutefois, je me suis fait de très bons amis dans le WSC, notamment au pavillon du Canada et de la France. Ce sont d’ailleurs avec ces personnes que j’ai passé la plupart de mon temps libre. (8.5/10)

Groupe Québécois: De façon surprenante, les Québécois de la première date d’arrivée (12 mai) et ceux de la deuxième date d’arrivée (19 mai) se sont très bien mélangés. Nous étions vraiment unis, c’était notre force. Autant il était possible de se diviser en sous-groupes, autant nous réussissions à avoir du fun tous ensemble. Notons aussi que nous étions beaucoup plus nombreux cette année-là et que la majorité venait des entrevues de Québec. Les socios pré-programme étaient aussi plus nombreux, ce qui nous a permis de mieux nous connaitre avant le début de l’été. Nous avons ainsi créé le groupe Facebook « ICP 2015 – Canadiens francophones » afin de pouvoir intégrer tous les participants francophones du pays, sans exclusion. Au final, je crois que la synergie de 2015 fut la meilleure, j’en garde les meilleurs souvenirs.  (8/10)

Groupe canadien: Je n’ai pas vraiment eu la chance de me tenir avec les Canadiens cet été-là. (6/10)

Social: Ceux avec qui je me suis tenue sont en partis le groupe de Québec, quelques collègues du travail et les CRP du WSC. Encore une fois, les groupes ne se sont pas mélangés. Cependant, les gens du WSC sont ceux qui m’ont le plus marquée. La plupart d’entre eux resteront des amis à vie. ❤ (7/10)

Expériences: En général, je dirais que mon troisième programme a été acceptable. J’ai aimé tous les aspects du programme de façon moyenne. C’est pourquoi je ne considère pas qu’il s’agit de mon meilleur programme. Néanmoins, les rencontres que j’ai faites sont irremplaçables. ❤

2016

Collocation: Pour la première fois, j’ai obtenu Vista Way, dans un appartement de 3 chambres / 6 personnes. Encore une fois, j’avais choisi ma colocataire, Marie-Ève, une Alumni de Québec ayant fait le programme en 2014 et 2015. L’avantage de Vista Way est qu’il s’agit du complexe principal; étant le plus grand complexe, il regroupe la majorité des participants. Son désavantage est d’être le plus vieux complexe; les appartements sont donc petits et sales, si on les compare à ceux des autres complexes. D’un autre côté, le fait que les appartements sont petits fait en sorte qu’il n’y a pas de bunk beds. Vista Way a la réputation d’être fort au niveau social, et c’est heureusement vrai. C’est le complexe parfait pour organiser des partys et pour rencontrer des gens. La vie sociale ne se termine jamais à Vista; il y aura toujours du bruit, même aux petites heures du matin. Même le rythme de vie est particulier. Y vivre est littéralement une expérience: soit qu’on aime, soit qu’on déteste. (8/10)

Travail: De façon surprenante, on m’a offert le rôle d’Attractions à Epcot FW (voir mon témoignage sur le rôle d’attraction). J’ai vraiment aimé ce rôle. Je l’ai trouvé simple, facile et agréable. Toutefois, certaines tâches étaient très stressantes. De façon générale, je recommanderais ce rôle à tous. (9/10)

Groupe Québécois: Sans surprise, les Québécois de la première date d’arrivée (12 mai) et ceux de la deuxième date d’arrivée (19 mai) se sont divisés. Or, nous étions aussi nombreux que l’été précédent et, encore une fois, la majorité venait des entrevues de Québec. Les socios pré-programme et le groupe Facebook « ICP 2016 – Canadiens francophones » nous ont permis de mieux nous connaitre avant le programme. Je crois que les personnalités étaient trop variées cet été, d’où la dispersion en sous-groupes. Cependant, je dirais que c’était une bonne chose en soit. (9/10)

Groupe canadien: La synergie des Canadiens fut intéressante cet été-là. La division Alumni-Nouveaux s’est fait sentir dès les entrevues, car la procédure était différente. Les entrevues téléphoniques étaient réservés aux Alumni seulement, ce qui a créé plusieurs tensions au sein du groupe à un certain moment. Au final, tout est revenu en ordre, mais il fut intéressant d’observer ce phénomène, car en bout de ligne, nous nous connaissions tous, sans même nous être rencontrés. (6/10)

Social: Chose étonnante est que j’ai l’impression de m’être tenue à la fois avec tout le monde et avec les mêmes personnes. Au final, ceux avec qui j’ai passé la majorité de mon temps furent les québécois (Camille et Mathieu) et mes collègues de travail (Emma, Maria, Ana, Mariana et Rocio). Cette faible variété au niveau des groupes sociaux m’a permise de développer une plus forte relation amicale avec ces gens. En bout de ligne, les personnes avec qui je me serai tenues durant l’été seront devenus des amis à vie. Je ne pourrais pas en dire autant de mes étés précédents. (10/10)

Expériences: En général, je dirais que mon quatrième programme a été le plus réussi, surtout au point de vue social. J’ai aimé tous les aspects du programme. C’est pourquoi je considère qu’il s’agit de mon meilleur programme en général.

Conclusion

Comme il le fut mentionné plus haut, chaque été est différent. Certains aspects du programme peuvent être excellents une année et décevants l’année suivante. Le résultat de chaque été dépend des choix que l’on fait. Je ne regrette aucun choix. Je referais chaque été de la même manière sans hésiter, car l’aventure et les rencontres que l’on y fait sont irremplaçables. 🙂

Voir le témoignage de son été en Quick Service (2013)
Voir le témoignage de ses deux étés comme Custodial à EC (2014 & 2015)
Voir le témoignage de son été en Attractions à EC (2016)
Voir son témoignage « bilan »
Voir son article sur la page Auteurs
Contacter Laurie

 Laurie k. Dallaire
2017

Publicités